CARMEN LA NOUVELLE de Louise Doutreligne
D’après la vie et l’œuvre théâtrale, romanesque, épistolaire, archéologique et académique de Prosper Mérimée et ses doubles

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb

Création 1993


Mise en scène : Jean-Luc Paliès
Direction du jeu : Claudine Fiévet
Décor et costumes : Alain Gaucher
Traduction espagnole : Mila CASALS

 

Avec : Christine Rosmini, Renaud de Manoël, Arnaud Voisin ou Ricardo Lopez Muñoz, Didier Ruiz ou Miguel Angel Sarmiento, Pascal Perreon ou Jean-Luc Paliès, Philippe Destre, Daniel San Pedro

 

Tout se passe dans un salon parisien en 1847. La reine de la soirée est Clara Gazul, comédienne espagnole. Monsieur l’académicien, alias Joseph Lestrange, Mérimée soi-même osera glisser discrètement entre les doigts de la grande Gazul son dernier manuscrit Carmen … et miracle, il verra sous ses yeux sa nouvelle devenir … théâtre. 

 

Centre Des Bords de Marne Le Perreux, Festival de Bayonne, Théâtre Café de la Danse Paris, Palais du Festival Cannes, Théâtre de l’Epée de Bois Cartoucherie Paris, Festival d’automne de Madrid Théâtre Gyptis Marseille, Théâtre Luxembourg Meaux, Le Moulin du Roc Niort, Tournées..

 

C’est bien la finesse du spectacle d’évoquer les thèmes attendus (la sensualité et la foi, la sauvagerie et l’honneur, le courage et l’insouciance) tout en les déclinant avec humour, comme des stéréotypes. Même légèreté dans la mise en scène articulée autour d’une Carmen qui pourrait à elle seule incarner toute l’Espagne rêvée.

Emmanuelle Bouchez - TELERAMA

 

Jean-Luc Paliès réussit là un tour de maître ou de magie, un travail merveilleux et complet. On ne peut qu’applaudir et sortir des étoiles dans les yeux, tant on a rebondi au rythme des amours tumultueuses, tant on s’est senti vivant aussi pendant tout ce temps, ému, bouleversé et amusé.

Marie-Pierre Mouillard - LE QUOTIDIEN

 

Une Carmen crépitante, de très bons acteurs, une mise en scène stéréoscopique ... voilà qui fouette le sens et les sens.

Gilles Costaz - POLITIS

 

Après le mythe de la séduction au masculin avec son Don Juan d’Origine joué par des femmes, voilà Louise Doutreligne revisitant le versant féminin : Carmen La Nouvelle mise en scène par Jean-Luc Paliès est une adaptation surprenante.

R. Valentini - LE NOUVEL OBS

 

Courrez toute affaire cessante, applaudir cette Carmen La Nouvelle : un texte, une vision du monde, d’excellents comédiens, et une mise en scène jubilatoire. Il y a là tout ce qui fait un beau, un véritable moment de théâtre, humour et sensualité en prime.

Myriam Hajaoui - PARIS BOUM BOUM

 

Un spectacle frémissant de jeunesse, conçu sur le papier d’une plume acérée, qui se donne sur un décor dont l’agencement rappelle un toril et recréant dans la mise en scène vive, ardente de Jean-Luc Paliès l’espagnolisme d’époque comme on retrouve un secret perdu.

Jean-Pierre Leonardini - L’HUMANITE

 

La grande richesse de la proposition de Louise Doutreligne et Jean-Luc Paliès réside dans la fidélité au nouveau regard porté sur l’œuvre... cette Carmen est un cadeau à offrir autour de soi...

Jean Grapin - IMPACT MEDECIN

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Aller en haut de la page

Mentions légales