CONVERSATIONS SUR L'INFINITE DES PASSIONS
de Louise Doutreligne

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb

Création 1989 au Festival des Francophonies  à Limoges

 

A partir de lettres, dialogues, billets galants des XVIIe, XVIIe, XIXe siècles… Dans le feutré du salon, du boudoir, ou de la chambre, autour de l'encrier ou de la plume, mêlés à l'odeur du papier froissé, un homme et une femme traversent le temps - les temps plutôt - où la lettre, et la conversation étaient le mode d'échange le plus doux ou le plus cruel pour les amants. A l'heure de la communication téléphonique, télévidéotique, et réseau… hic… un air de nostalgie viendra nous rappeler comment alors on faisait l'amour avec notre langue française.

 

Avec : Claudine Fiévet et Jean-Luc Paliès

Mise en scène : Jean-Luc Paliès

Costumes : Jacqueline Brochet

 

Espace Noriac, Hôtel Lutetia, Salons SACD, 90e Festival Mondial du Théâtre d'appartemeny, Scène Nationale Sénart

 

 

Une valse à trois temps, un voyage voluptueux au pays de l'amour tragique, du libertinage et du romantisme...

Véronique Blin - Panorama

 

Quel plaisir… de se voir inclus dans un cénacle d'initiés… les joutes amoureuses ressemblant, coup après coup, à des tactiques échiquéennes… avec la grâce et la finesse qui seyant à ce genre d'entreprise "hors du temps" et fragile. "Conversations sur l'Infinité des Passions" est un bijou dans son écrin. On peu remercier les ciseleurs de nous en faire profiter.

Pascal Jeannoutot - La Montagne

 

Le texte, finement ciselé par Louise Doutreligne, est bâti comme une cathédrale de mots… qui explore au scalpel le discours amoureux des XVII, XVIII et XIX siècles fait l'éloge de la langue Française. Cette ravissante conversation est une expérience rare au plus profond de l'intimité du couple.

Philippe Meunier - L'Humanité

 

Une heure trente d'amour à portée des lèvres… Louise Doutreligne crée le fantasme ; Fiévet et Paliès l'envie. Il flotte sur la pièce comme un air de voyeurisme collectif : un homme et une femme… se perdent en érotisme verbal, suscitent et exacerbent le désir. Dieu que c'est bon de goûter à l'immortalité théâtrale !…

L.C. Limoges-Hebdo

 

Une grande fresque dans un mouchoir de poche. D'un bout à l'autre ce spectacle est un enchantement pour l'oreille, les yeux et l'esprit. Le ravissement est total. Faut-il ajouter que l'auteur comme le metteur en scène sont aussi d'admirables comédiens…

Jacques Parneix - Le Populaire

 

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Aller en haut de la page

Mentions légales