L'ESCLAVE DU DEMON de Louise Doutreligne
ou UN FAUST ESPAGNOL

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb

D’après Mira de Amescua et Goethe

 

Création 1995

 

Voyage vers les origines du mythe européen de Faust. Le vieillard Goethe revient sur terre et découvre comme dans un rêve de théâtre, ce Faust espagnol, si proche et si différent du sien : Frère Gil, un « Faust » qui a le sens du divin, mais qui las d’ascétisme, se jette sur le péché avec fureur, entraînant à sa suite une femme déçue, Lisarda qui, sur les chemins du crime, ira plus loin… jusqu’à la mort.

 

Avec : Catherine Chevallier, Morgane Lombard ou Valérie Dashwood, Claudine Fiévet, Xavier Beja ou Laurent Meunier, Jean-Pierre Hutinet, Renaud de Manoël, Robert Ohniguian, Jean-Luc Paliès ou Jean-Jacques Blanc

 

Mise en scène : Jean-Lus Paliès

Décor : Sophie Taïs

Costumes : Monika Eder

 

Le Moulin du Roc, Scène Nationale de Niort, Théâtre Luxembourg de Meaux, Centre Culturel de Fontenay-sous-Bois, Théâtre de L’Epée de Bois Cartoucherie Paris

 

Jean-Luc Paliès pioche dans l’art espagnol, le surréalisme, les toiles de Watteau et dans tout ce qui peut servir l’esthétique d’un sujet qui prête à l’allégorie. Sa mise en scène est comme d’habitude un luxe de trouvailles et de citations.

Gérard Biard - CHARLIE-HEBDO

 

Tout dans ce spectacle est alléchant : l’Espagne, le Siècle d’Or, le thème faustien et flamboyant qui se décèle dans le titre...

Frédéric Ferney - LE FIGARO

 

Grâce au travail de Louise Doutreligne voici révélée dans un spectacle tout de surprises et de mouvement la pièce l’Esclave du Démon. Les jeux d’ombre et de lumière, de masques et de miroir font naître une atmosphère de désirs, de meurtre et de quête sublimée traversée par un fascinant démon, Claudine Fiévet.

Roger Maria - L’HUMANITE

 

Les explorations littéraires de Louise Doutreligne ont abouti à cette tragi-comédie hispanique qui a conquis un public qui a pu apprécier le baroque du décor où les ciels belges à la Magritte cohabitent avec des courbes à la Gaudi sans oublier le balcon “el amor a la reja”. Toute l’Europe était là.

LA NOUVELLE REPUBLIQUE NIORT

 

Coups de théâtre, rebondissements, trahisons, travestissements, le texte et la mise en scène tiennent du roman de cape et d’épée autant que de la réflexion initiatique. Tout finit par une question : que faire de sa vie ?

Armelle Héliot - QUOTIDIEN DU MÉDECIN

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Aller en haut de la page

Mentions légales