l'AVEU DE LA PRINCESSE de Louise Doutreligne
Une lecture de La Pricesse de Clèves par Madame de Lafayette et Monsieur de la Rochefoucault

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb

Adaptation : Louise Doutreligne

 

Création 1992 - Limoges

 

Mise en scène et scénographie: Jean-Luc Paliès

Avec : Jean Davy, Claudine Fièvet, Marie Groche, Alexandre Leycuras et Nathalie Castinel à la viole de gambe

 

Le sujet proposant un cas concret d'amour interdit à la fois vraisemblable et extraordinaire ouvrait la porte à d'infinies conversations… par exemple : "La franchise est-elle la meilleure chose entre deux époux?" ou "Pour ou contre l'AVEU?"… etc. Enfin le style plein de retenue, de discrétion, de ilotes arrive à condenser une grande quantité d'observations ou d'intuitions sentimentales tout en créant des personnages individuels et vivants.

Le destin littéraire de La Princesse de Clèves a été remarquable. Par la masse des articles, par le nombre des éditions populaires et scolaires, c'est le seul roman du XVIIe siècle resté VIVANT, le seul à toucher un plus vaste public que celui des spécialistes. L'art précis des nuances, la vigueur de la pensée, la simplicité élégante de l'expression offrent encore au lecteur moderne la joie de faire des découvertes du côté des choses du coeur. C'est un livre à toutes les femmes car c'est la plus parfaite expression de l'amour tel que le rêve tout coeur de femme : L'amour qui absorbe et remplit l'âme.

Louise Doutreligne

 

Espace Noriac Salle du Conseil Général de La Haute Vienne

 

 

Louise Doutreligne qui sait mener la langue française a fait une adaptation du roman. Toute l’originalité était de remettre le texte dans son contexte, celui du XVIIe, à travers la bouche de ses auteurs. Car Mme de La Fayette n’était peut-être pas seule à avoir mis la main à la plume. Le duc de La Rochefoucault qui entretenait avec elle une complicité au moins intellectuelle y avait peut-être sa part. Claudine Fiévet et Jean Davy ont composé un couple en harmonie de ton et de justesse, la gravité de l’un faisant contre- chant avec la légèreté un rien perverse de l’autre.

Pascal Janouteau - LA MONTAGNE

 

Evénement théâtral à Limoges que cet Aveu, événement renforcé par la présence d’un des grands noms du théâtre français, Jean Davy, qui, à plus de 80 ans, affiche l’enthousiasme d’un fringant jeune homme.

Jacques Morlaud LE POPULAIRE

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Aller en haut de la page

Mentions légales