LES JARDINS DE FRANCE
de Louise Doutreligne

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb

Comédie en cinq journées

 

Création 1991 - Théâtre La Limousine Centre Dramatique National, Limoges ; Hôtel Lutetia, Paris

Mise en scène : Jean-Luc Paliès

 

Avec : Bernadette Le Saché, Maud Rayer, Georges Trillat, Jean-Christian Grinevald, Erick Deshors, Pierre Tessier, Gérard Audax

Décor : Karl Filzenstein

Lumières : François Austerlitz

Musiques : Joël Barret

 

Souvenirs, rancoeurs, ambitions, désillusions, s'entrechoquent dans un entre-texte "troué" aux pensées débutées, avortées, tissant une sorte de tableau suspendu…impressionniste et énigmatique.

… La compréhension véritable se situe toujours entre-deux… mensonges… deux portes… deux vérités… deux publics (?).

Espace entre-deux permettant les déambulations, les entrées vives, le montage… cinématographique.

Lieu de passage, le sol (feutre et gravier) développera des couleurs acoustiques différentes… L'espace sonore devra charger l'atmosphère de "sons" reconnaissables, mais des "véritables" thèmes musicaux s'infiltreront entre-deux "bruits" tentant et définir une musique pour chaque personnage.

L'espace "photographique", architecture scénique devra définir les espaces entre-deux ambiances successives et suivre l'Acteur de près.

Cette "vraie" comédie est aussi une pièce "Bourgeoise", menacée par la présence de l'Artiste en son sein, une pièce "Catharsis" s'offrant en miroir "d'une génération", une pièce "Poétique" décrivant l'apparence matérielle au profit "d'un réel imaginaire"… une pièce "Baroque" en somme…

 

Partenaires : Ministère de la Culture, D.R.A.C. Limousin-Région Limousin

 

 

Comédie bourgeoise dans laquelle s’introduit la subversion poétique. Une drôle d’histoire qui reflète les hésitations et les déséquilibres d’une génération. La douceur du rire

Sélection LE MONDE

 

Même lorsqu’elle aborde les sujets les plus quotidiens, Louise Doutreligne ne peut s’empêcher de creuser, d’aller au fond des choses, avec Les Jardins de France nous sommes en apparence bien loin de Teresada’, quoique si l’angoisse mystique a laissé la place à l’angoisse existentielle, il reste l’angoisse... C’est une œuvre belle et forte, tragique et drôle. Les comédiens ont un talent fou et la musique de Joël Barret crée une atmosphère surprenante.

Jacques Parneix LE POPULAIRE

 

Louise Doutreligne, après l’adaptation hyperclasssique de Conversations sur l’infinité des Passions, fait un saut dans l’hypercontemporain. Tout y est, du tennis démocratisé au caméscope qui sert de journal intime. On frôle la caricature pourtant le texte sonne juste, on se rend compte que c’est écrit au scalpel, ciselé, poli. Ecrit quoi...

Joël Janouteau LA MONTAGNE

 

Ici l’écriture de Doutreligne est quelque peu différente d’autres de ses pièces : plus simple, plus accessible mais aussi plus mystérieuse.. Dans un décor contemporain et une disposition bi-frontale (les personnages étant pris en sandwich par le public; ce même public se miroite dans ces ex-soixant’huitards) les relations personnelles complexes ont tendance à prendre de plus en plus d’ampleur.

Jacques Morlaud L’ECHO DU CENTRE

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Aller en haut de la page

Mentions légales