TERESADA' de Louise Doutreligne

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb

Teresa d'Avila - Création 1985

Teresada' - Création 1987

 

Mise en scène : Jean-Luc Paliès

Avec : Claudine Fiévet, Jamil Aït Kaci, Véronique Anger, Claude Bazin, Jean-Jacques Faure, Alain Guillo, Marie Videaud, Paula Iselin, Hélène Feidel, Christophe Givois, Alain Labarsouque, Bob Montheil, Damien O’Doul, Marie-France Richard Eliet, Laure Siriex

Espace sonore : Alain Labarsouque

Espace scénique, éclairage : Dominique Basset-Chercot

Costumes : Jacqueline Brochet

 

"Le texte situe, entre enfance et mort, le destin d'une femme hors du commun, passionnée, affairiste, écrivain infatigable. Teresada' est un personnage équivoque, paradoxal, terriblement théâtral dans sa nécessité de l'écriture. Le texte relève donc d'un rapport entre l'épopée et l'intime. Comme telle nous devons traiter cette tension avec le suspense et le souffle, le mouvement et le rythme. Le jeu porteur de la vivacité et de l'humour particulier aux gens qui cherchent, doit aspirer les images extérieures (l'en dehors) sur l'étape (l'en dedans, la halte, le repos, là justement où l'on souffle) qui suspend en creux le chemin.

"Un chemin de Castille d'où jaillissent les évocations" dit l'auteur. Je choisis une étape sur ce chemin, lieu de suspension où l'on s'arrête, mais le mouvement reste à l'intérieur, le battement continue. La rencontre est rythmée en quelque sorte par le savoir même du redépart prochain. Tous les personnages croiseront Teresada' dans cette sorte de respiration où tout est possible, tout peut surgir puisqu'il s'agit seulement d'une reprise d'air. Etape vocale et musicale : la voix du monde sera dans chaque voix intérieure. Abri ouvert, cette étape (église, cloître, chapelle, cour de château) sera, le temps du spectacle, lieu de mémoires vivantes et le creuset de l'impulsion pour le futur."

Jean-Luc Paliès

 

Le spectacle à été joué entre 1985 et 1987
   Cripte des Jésuites, CDL Limoges, Jeux d’Ecriture Poitiers, Cathédrale de Limoges, Festival de la Butte Montmartre Paris, Festival d’Avignon Chapelle de l’Oratoire

 

 

La construction dramatique de ce récit d’une vie est particulièrement habile. Louise Doutreligne n’élude rien, ne craint rien, pas même les clichés, elle les dissout dans le feu et nous offre quelque chose de la mystérieuse vérité : être femme, être sainte, vivre. La mise en scène de Jean-Luc Paliès est simple, grave, nourrie d’une sorte d’innocence lumineuse.

Armelle Héliot - LE QUOTIDIEN DE PARIS

 

Le Chevalier de L’extase ! La pièce écrite à partir des textes de Thérèse d’Avila est découpée en sept tableaux... c’est un anti-Don Quichotte féminin... une femme déconcertante dont le tempérament en fait un merveilleux caractère de théâtre !

Marion Thébaud - LE FIGARO

 

Louise Doutreligne théâtralise superbement par le travail savant des inclinaisons de tête, pliures du poignet, plissement de voile, cette passion dite mystique qui habita la sainte. 

Bernadette Bost - LE MONDE

 

Cette création est une manière de chef-d’œuvre : Jean-Luc Paliès fait preuve d’une extrême virtuosité. Il a construit son travail en jonglant entre texte, espace, jeu des comédiens, et donné naissance à des images magnifiques, poétiques, parfois émouvantes voire bouleversantes.

Jacques Morlaud - L’HUMANITE

 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Aller en haut de la page

Mentions légales