VIENNE 1913 de Alain Didier-Weill

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb

Comédie dramatique

 

Création 2007

 

Mise en scène et Scénographie : Jean-Luc Paliès

Musique sur verres : Jean-Claude Chapuis

Lumières : Jean François Salieri

 

Avec : Miguel-Ange Sarmiento, Frédérique Andrau ou Philippe Beheydt, Jean Louis Jacopin ou Pierre Parrat ou Jean-Luc Paliès, Pascal Parfat ou Alain Guillo, Colette Nucci ou Claudine Fiévet ou Katia Dimitrova, Bagheera Poulin, Jean-Pierre Hutinet, Isabelle Starkier ou Stéphanie Boré, Jean-Claude Chapuis, Magali Paliès, Estelle Boin, Geneviève Bottau, Séverine Etienne-Maquaire

 

Un concert élégant pour mieux entendre les fausses notes de l'Histoire

Un jeune homme pauvre, loqueteux, qui survit misérablement dans un asile, étudie le dessin à l'école des Beaux-arts de Vienne. Il n'a qu'un chien errant comme seul compagnon, à l'égal des jeunes clochards que nous croisons aujourd'hui dans les rues parisiennes. Ce garçon, qui vient de fêter ses vingt ans, rencontre un jeune homme, brillant, beau, héritier de la célèbre aristocratie viennoise qui s'étourdit de valses et de luxe. Mais voilà, ce jeune homme nanti a un dilemme qui le ronge… il est antisémite. Le psychanalyste Jung trouve alors très intéressant de l'envoyer consulter son maître, Freud : certainement un vieux compte à régler à propos d'une certaine idée de l'inconscient. Ces deux jeunes gens vont ainsi se confronter, parallèlement et ensemble, à tous les aspects de la société viennoise et se forger quelques idéaux définitifs. Le jeune homme pauvre s'appelle Adolf… Adolf Hitler et nous pensons d'un bout à l'autre de la pièce à la suite de l'histoire…

 

Espace Rachi Paris, Théâtre de Halles Avignon, Théâtre St Maur, Théâtre de Lierre Paris, Festival de Blaye, Fontenay sous Bois, plus de cent dates en tournées...

 

 

« Le récit est servi par une mise en scène étonnante avec un orchestre d’acteurs, deux chanteuses lyriques et un musicien jouant sur des verres de cristal, se métamorphosant en chacun des personnages de l’histoire. Et l’on découvre comment Adolf va sombrer peu à peu dans la paranoïa. Un magnifi que spectacle riche d’une interprétation magistrale, notamment le rôle ardu d’Hitler à 20 ans incarné par Miguel-Ange Sarmiento. Troublant… ».

Olivia Peresson – Le Parisien

 

« Mise en scène intelligente, un ensemble esthétique et sobre, une grande intensité, des rôles principaux extrêmement crédibles. »

Lise de Rocquigny – Pariscope

 

« La mise en scène fait de la troupe un orchestre stylisé, une partition d’originalité et de richesse, une évocation de l’esprit de Vienne … » Marie-Noëlle Tranchant – Le Figaro

« Regards croisés dans Vienne 1913 : beaux, troublants, émouvants… comme les vifs acteurs vus et l’intelligence des mots entendus. »

Libération

 

« Une atmosphère troublante, où la fiction théâtrale a rejoint une certaine réalité historique. Perdu dans un monde chaotique, Adolf, interprété par Miguel-Ange Sarmiento, essaie d’écouter et de regarder ce qui se passe autour de lui. Si le spectateur reste sur le ressenti d’une grande sobriété, c’est que la mise en scène ciselée de Jean-Luc Paliès ne s’est à aucun moment mise entre le texte et les comédiens. Au contraire elle a porté l’écriture au même titre que la musique a soutenu les paroles des acteurs. »

Julie Ho Hoa - Dernières Nouvelles d’Alsace

 

Aller en haut de la page


Mentions légales