Les Contes d'Hoffmann

Opéra Fantastique de Jacques Offenbach

Direction musicale : Gérard Talbot

Mise en scène et Scénographie : Jean-Luc Paliès

Lumières : François Austerlitz

Costumes : Annick Chavatte

Orchestre Symphonique Pro-Arte de Paris

Avec

Anne Bartelloni

Chantal Bastide

Guy Belanger

Yves Bisson

Anne-Marie Blanzat

Jaques Bona

Gilles Butin

Rodrigue Calderon

Philippe Chassel

André Cognet

Jean-Jaques Doumene

Dominique Favat

Jean-Pierre Furlan

Frédéric Garcia-Fogel

Rémi Garin

Anne-Marie Grain

Louis Hagen William

Mathieu Kotlarski

Nicole Labarthe

Jacques Loreau

Jean-Francis Monvoisin

Elisabeth Muller

Christian Portanier

Sylvia Rosi

Myriam Rossignol

André Simon

Gines Siera

Monique Tercan

Véronique Valray

Jean Vendassi

Brigitte Vinson

—-

Les Contes d’Hoffmann à Gaveau… jeu de tiroirs… effets de miroirs…

On ne peut ignorer les contraintes d’une salle telle que Gaveau, on ne peut ignorer ses avantages.

… Nous essayerons d’approcher les rives d’un « Impressionnisme » des émotions, évitant l’Expressionnisme des intentions… avec plaisir et… humour.

Nous utiliserons subtilement les moyens simples du théâtre… magie à vue pour suggérer les espaces historiques, géographiques et mentaux…

Une sorte de grand tréteau (raffiné) à transformations traverse la scène de jardin à cour. Grande table de taverne avec nappes, chopes et bancs pour le premier acte, il devient présentoir et boudoir avec paravents XVIIIe au second acte (Olympia) puis à l’aide d’éléments houssés et surnaturels un intérieur bourgeois bizarre style empire pour le troisième acte (Antonia) et enfin un pont vénitien (romantique, à la Musset) avec lampions pour le quatrième acte (Giulietta).

La présence du Hoffmann écrivain sera doublée en miroir par le chef d’orchestre lui-même dédoublé par le chanteur, et le jeune chanteur du rôle d’Hoffmann encore dédoublé par marionnettes et poupées… comme à l’infini. Nous serons devant un jeu spirale d’aspiration poétique comme en quete du bout, du bout, du bout… de l’Amour.

Jean-Luc Paliès – extrait du Cahier-programme

Quelques photos